Rechercher
  • Heureux Qui Comme Ulysse

Troubles de l'apprentissage et fonctions exécutives

Les fonctions exécutives


Le terme « fonctions exécutives » sert à décrire des processus cognitifs qui regroupent des fonctions élaborées comme la logique, la stratégie, la planification, la résolution de problèmes et le raisonnement.

​Elles interviennent essentiellement dans les situations qui demandent de la réflexion et de la créativité, lorsqu’il est nécessaire de s’adapter à des situations nouvelles non routinières. Leur impact sur les apprentissages est évident.


Ces fonctions offrent une souplesse dans le traitement de l’information à chaque instant.

Elles permettent d’adapter notre comportement aux exigences de l’environnement.

Elles sont nécessaires pour effectuer des activités telles que la planification, l’organisation,

l’élaboration de stratégies, être attentif et se rappeler des détails…


Toutes ces opérations mentales nécessitent plusieurs étapes successives :

- une analyse de la situation

- une élaboration d'un plan de résolution

- une résolution séquentielle et organisée de ce plan

- une vérification en comparant l'objectif de départ avec le résultat obtenu.



Pour réaliser ces opérations mentales, trois grandes fonctions sont requises :



1/ La flexibilité mentale : Cette fonction définit la capacité de changer de tâche ou

de stratégie mentale et à passer d'une opération cognitive à une autre. Elle peut requérir le

désengagement d'une tâche pour se réengager dans une autre. Elle permet donc

l'adaptation aux situations nouvelles.

2/ la planification et la mise en œuvre de stratégies nouvelles


3/ le contrôle et la régulation de l'action (boucles de rétro-action, inhibition…).


Cette étape nécessite à la fois :


- une capacité de mise à jour qui révise d'une façon appropriée l'information conservée en mémoire de travail, en la remplaçant par une information plus récente et plus pertinente.

- une capacité d’inhibition : cette fonction exécutive permet le contrôle de la cognition et du

comportement. Cette capacité d’inhibition est en outre liée à la compétence sociale et

la régulation émotionnelle.

2 vues